Commune de Nonglard

  • Commune de Nonglard

Accueil du site > Pages Annexes > Texte en patois

Texte en patois

Retour à la page précédente

Jozon e son Frézi

L vyëu Jazon plyantevè on frèzi dyè son verzhi. Tot è palote la tèra, é pinsavè :

" D é bastou nonante an. Kan l frèzi sera grou, y a lontin ké d saré d on atro kro ; è spèdè, d é bdya tota ma vya lé frizè dé frèzi k avo éta plyanta pè ntroz anchin..Alö, y é justè kè d é fassézè aten pè ntroz éfan ."

Mè, vétya k trè jhoéno du vlazho passon dyè la rota. E s aréton pa rguéta travalyi 1 gran-parè, poé é sè pton a rirè è dzè :" Mon pouro Jozon, va fassi tyé n uvra k va pa va sarvi gran chuza..Vo sari yeu kan 1 frèzi sara grou ? Y é pa va k va voli bdyi lé frizè..Léssi don la pâla kara d kout6.. Arpoza va Jozon ! Y é bon par no, d plyanta d frèzi..On a d chansé d lé vi krètrè è dé bdyi lô gréfyon. "

L vyëu Jozon s ardrifè d on kou sè, è dzè : " Fassi pa tan lô malin ; vo savi pa s kè la vya va rézèrvè ; D è bdyèré pt étrè pa lô gréfyon , mè y ène ara bin d’âtro p lé bdyi a me plyafè. Vo profita to lô zho d 1 uvra k lô vyëu on fé, é fôdré étrè mové shin, pè pa y u rkonyètrè ... E mè , é m fâ plyézi d travalyi è d pinsa k mô ptyouz èfan von grinpa su sli frèzi..Poé t sé pa onko mö ; vz itè jhouèno d ako, mè nyon savon d ké dman va étrè fé..On maloz è

vito arva.. "

Kakè saèzon apré, lô trè garson avo krèssu..La granta guéra èt arva, é son moda l on apré 1 âtro,poé é son jamé rèvnyu u vlazho.

Moralita : L vyëu Jozon avé raèzon : jamé nyon son achura dé bdyi lô gréfyon. Mé, kmè di l provèerbè : " L omô k a plyanta on arbre a pa pardu son tin su la tèra ".

Adaptation d’un texte paru, autrefois dans un journal local, par les Patoisants de Rumilly (La Balouria).


Vous voulez la traduction ?

Le vieux Joson plantait un cerisier dans son verger. Tout en bêchant la terre, il pensait : " J’ai bientôt nonante ans. Quand le cerisier sera gros, il y a longtemps que je serai dans un autre trou. Et cependant, j’ai mangé toute ma vie les cerises des cerisiers qui avaient été plantés par nos anciens. Alors il est juste que j’en fasse autant pour nos enfants. " Mais voilà que trois jeunes du village passent sur la route. Ils s’arrêtent pour regarder travailler le grand-père, puis ils se mettent à rire en disant : " Mon pauvre Joson, vous faites là un travail qui ne va pas vous servir à grand-chose. Vous serez où quand le cerisier sera gros ? C’a n’est pas vous qui allez manger les cerises… Laissez donc de côté la pelle carrée. Reposez-vous, Joson ! C’est bon pour nous de planter des cerisiers. On a des chances de les voir grossir et de manger les cerises… "

Le vieux Joson se redresse d’un coup sec, en disant : " Ne faites pas trop les malins. Vous ne savez pas ce que l’avenir vous réserve. Je ne mangerai peut-être pas les cerises, mais il y aura bien d’autres personnes qui les mangeront à ma place. Vous profitez tous les jours du travail que les vieux ont fait ; il faudrait être borné pour ne pas le reconnaître… Et moi, ça me fait plaisir de penser que mes petits-enfants vont grimper dans ce cerisier. Puis je ne suis pas encore mort. Vous êtes jeunes, d’accord, mais personne ne sait de quoi demain sera fait. Un malheur est vite arrivé… "

Quelques années après, les trois jeunes avaient grandi. La grande guerre est arrivée ; ils sont partis les uns après les autres, mais ils ne sont jamais revenus au village.

Morale : Le vieux Joson avait raison. Personne n’est venu manger les cerises. Mais comme dit le proverbe : "L’homme qui a planté un arbre n’a pas perdu son temps sur la terre ".
Retour à la page précédente



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF