Commune de Nonglard

  • Commune de Nonglard

Accueil du site > Pages Annexes > Eglise

Eglise

Eglise

Descriptif
Son clocher, avec sa flèche à quatre pans, surmontée d’une croix avec un coq, abrite deux cloches. La plus ancienne, dite la grande cloche, sortie des fonderies Beauquis Frères de Quintal en 1870, porte en motif décoratif sur un côté le Christ et sur l’autre une Vierge avec les inscriptions « Sancte Victor et Urse – Orate pronobis ». Parrain : GROBERT Jean-Marie. Marraine : GROBERT Angeline. Maire : FOLLIET Michel. Adjoint : CHEVILLARD. Curé : Révérend ROCH.La deuxième, dite petite cloche ou Marie-Louise, prénom de sa marraine, fondue par la maison Paccard d’Annecy-le-Vieux en 1923, présente comme motifs décoratifs un Christ, une Vierge avec enfant et un guerrier romain avec l’inscription « Aux enfants de Nonglard morts pour la France, guerre 1914-18 ». Suivent les noms de ces enfants. Après ces noms, figurent encore les inscriptions suivantes : Curé LAPLACE François, Maire VIVIANT Angel, Parrain LAPLACE Félix, Marraine DUNOYER Marie-Louise. La sonnerie électrique a été installée en 1956.

Les noms des enfants morts pour la France pendant la Grande Guerre sont reproduits dans l’ordre de leur date de décès sur un tableau de marbre, suivis de ceux morts en 1939-1945. Cette plaque commémorative est placée près des Fonts baptismaux. En 1992 un monument aux morts a été construit à l’extérieur de l’église, sur la place Verdun.

Les patrons de la paroisse
St Victor et St Ours Saint Victor et Saint Ours, patrons de la paroisse, auraient été membres de la Légion thébaine, recrutée en Thébaïde (Haute-Egypte) sous les ordres de St Maurice. Composée de soldats chrétiens, cette légion, selon une tradition, aurait été martyrisée vers la fin du III° siècle à Agaune, devenu depuis Saint-Maurice-en-Valais. Il est certain en tout cas que beaucoup de soldats chrétiens, sous la terrible persécution de Dioclétien, eurent à choisir entre leur foi et leur métier des armes.

Chaque année, les Patrons de la paroisse sont fêtés le 11 février, solennité reprise le dimanche suivant jusqu’au départ du dernier Curé résidant. D’autre part, la Mairie, pour commémorer cet événement local, l’a fait coïncider chaque année avec la date du repas des anciens de la commune depuis plus de trente ans déjà.

Un document historique
Sur la gauche du maître-autel est placé un acte de consécration d’un autel, signé de la main de St François de Salles, l’an M.D.C.X.X. le VI (6 septembre 1620). Ce saint ayant vécu de 1567 à 1622, il ne peut donc s’agir que d’un autel situé dans une ancienne église, c’est-à-dire existant déjà en 1620. S’agit-il de l’ancienne qui a fait place à celle construite en 1860 ? Des recherches déjà faites à ce sujet par M. le Curé LAPLACE, il résulterait que l’église en question a reçu à deux reprises la visite de St François, l’une pour la consécration, l’autre pour une confirmation, mais son emplacement n’a pu être défini. Ces faites remontent à près de 350 ans et les recherches faites à ce jour restent sans résultat. D’après des écrits détenus par la famille Grobert-de Glasnapp, l’autel objet de la consécration était ou a pu être situé dans la vieille grange appartenant à cette famille et existant encore en 1960, en face de la maison Revil, propriété de Mme Veuve Combet Camille née Fournier Anathalie. Suivant ces écrits, la maison Revil était autrefois, à une époque non déterminée mais pouvant se situer entre le X° et le XII° siècle, un convent de bénédictins. La grange où aurait été placé l’autel, objet de la consécration, en aurait été la chapelle, et le jardin dépendant de la maison Guillot était le cimetière du couvent. Cette tradition peut n’être que le résultat de déductions successives, mais aucun écrit connu n’a démenti ou confirmé jusqu’à ce jour.

Traduction en français du procès-verbal de St François de Salles (faite par les latinistes Joseph DEVILLE et François LYARD)

"L’an 1620, le 6 septembre, moi, François de Sâles, évêque et prince de Genève, ai consacré cet autel en l’honneur des martyrs St Victor et St Ours, et j’ai déposé dans cet autel des reliques des quarante soldats martyrs, et j’ai accordé une année d’indulgences, selon la forme habituelle de l’Eglise, aux fidèles visitant aujourd’hui cette église, et quarante jours à ceux qui la visiteront au jour anniversaire de la consécration". François, évêque de Genève

Les travaux d’entretien et de modernisation
L’intérieur de l’église a été restauré en 1891 par M. le Curé PELISSON (réfection du maître-autel et de celui du Sacré-Cœur, pose des boiseries du chœur, peinture etc.). Grâce à des dons reçus des Pères Chartreux, il fit poser les vitraux et grisailles représentant St Victor et St Ours, patrons de la paroisse, et l’église fut consacrée en 1895 par Mgr PHILIPPE, remplaçant Mgr ISOARD.

L’église a bénéficié de travaux d’entretien et de modernisation au cours des 40 dernières années :

  • le remplacement des bancs a été terminé pour Noël 1963
  • la restauration intérieure a été réalisée en plusieurs étapes successives, suivant les moyens de la commune : crédits et souscriptions.
  • un chauffage à air pulsé a été installé en 1969
  • le crépissage des soubassements et la peinture ont été faits en 1973
  • en 1978, les circuits électriques ont été modifiés
  • Rénovation des voûtes et plafond suite au tremblement de terre
  • une nouvelle horloge électronique, programmée pour sonner les heures et l’angélus, a été installée
  • en 2007, la municipalité a engagé de grands travaux : rénovation de la toiture, changement du paratonnerre, recrépissage des murs extérieurs, mise aux normes des circuits électriques, peinture des murs intérieurs, ajout d’éclairage à l’intérieur. En parallèle, la paroisse a remplacé les verrières des côtés et de l’entrée de l’église par de vrais vitraux (par souscription). Un habitant de Nonglard a restauré et repeint les statues de plâtre qui ornent à nouveau les côtés de la nef.

Retour à la page précédente



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF